Vous désirez mieux référencer votre site de camping sur Google ? Vous avez totalement raison, le référencement est une voie de prospection rentable à moyen et long terme :-)

Cet article est dédié aux techniques de rédaction des textes et des mises en formes de ceux-ci pour optimiser le référencement d’un site sur Google. Il fait partie du dossier « Améliorer le référencement d’un camping » qui comporte 6 chapitres. Vous êtes sur le troisième chapitre.

Prêt ? C’est parti ! :-)

Je suis toujours accompagné de Bernard, gestionnaire d’un camping, qui découvre avec moi les joies du référencement. Ça va toujours Bernard ?

Ça va toujours :-)

Comme tu as bien suivi ma méthode depuis le début, tu disposes maintenant d’un site web basé sur WordPress ainsi que d’une liste de mots-clés sur laquelle tu aimerais que ton camping soit référencé.

C’est exactement ça, j’ai trouvé 58 mots-clés sur lesquels j’aimerais que mon camping soit visible sur Google.

Nous allons donc pouvoir poursuivre avec l’étape suivante : le travail des mots-clés.

Voici le programme du jour :

  1. Pourquoi faut-il écrire du texte ?
  2. Travailler un mot-clé, c’est écrire un texte
  3. Le rôle de la mise en page.
  4. L’utilisation des synonymes et des cooccurrences.

Pourquoi faut-il rédiger du texte ?

Bernard, tu peux déjà commencer à t’échauffer les doigts et bien caler ton clavier, car il va falloir rédiger beaucoup de textes !

Du texte ?! Mais enfin François ! Même moi je sais que les internautes n’aiment pas lire ! Tout le monde préfère regarder des images et des vidéos. Ne faudrait-il pas mieux créer des images et des vidéos plutôt que rédiger des textes que personne ne lira ?

Tu as tout à fait raison Bernard ! Adapter le contenu aux besoins de tes clients est  une excellente chose. Ne t’inquiète pas nous ajouterons bientôt des images et des vidéos à ton site.

Malheureusement, les besoins de Google ne sont pas les mêmes que ceux de tes clients : les moteurs de recherche adorent lire. C’est l’une des choses qu’ils font le mieux.

C’est déjà pas évident de faire plaisir aux clients. Si en plus il faut se préoccuper de la satisfaction de Google, on n’a pas fini…

Et oui, c’est comme ça :-)

Lorsque Google découvre une nouvelle page sur ton site, il va tenter de comprendre de quoi elle parle. Pour cela, il lit l’intégrité du texte et il essaie d’y déceler des mots-clés. Plus tu lui donneras de texte, plus il pourra analyser finement ta page et mieux il comprendra de quoi elle parle.

Par contre, il a beaucoup de mal à interpréter les images et les vidéos, c’est pour cette raison qu’une page constituée uniquement d’images à peu de chance d’être visible sur Google (nous reverrons ce point plus en détail au chapitre 4).

Travailler un mot-clé

Je vais maintenant t’expliquer comment « travailler un mot-clé ». La stratégie est assez simple : pour chacun des mots-clés de ta liste, tu vas devoir créer une page et rédiger un texte.

Quoi ! François, tu plaisantes j’espère ? J’ai listé 58 mots-clés ! Tu ne crois pas que je vais rédiger 58 pages ?

Si tu veux vraiment augmenter tes chances d’être visible sur Google, il faudra rédiger une page pour chaque mot-clé. Sinon, il faudra faire concessions et retirer de ta liste les mots-clés qui te semblent moins pertinents. Évidemment, il n’est pas obligatoire de faire ce travail en une fois, on peut l’étaler sur plusieurs semaines et même sur plusieurs mois !

Si tu n’as pas le temps et que tu veux vraiment travailler tous les mots-clés, tu peux bien-sûr faire appel aux services de mon agence 😉

C’est gentil, mais pour l’instant je préfère continuer comme ça.

Très bien, alors on continue :-)

Admettons que le premier mot-clé de ta liste soit « Camping Saint-Valéry ». Tu vas donc ajouter une nouvelle page ton site. Il est important que le mot-clé que tu travailles se trouve dans le titre de l’article, donc par exemple le titre sera : « Camping Saint-Valéry, venez profiter de la baie de Somme ». Le fait que le mot-clé soit présent dans le titre permettra à Google d’associer directement le mot-clé à ta page.

Ok, donc si je veux être visible sur un mot-clé, il suffit de créer une page avec le mot-clé dans le titre. C’est facile le référencement !

Hum… C’est ce que nous allons voir !

Rédige un beau texte sur tous les avantages qu’il y a à faire du camping dans ton secteur. Sois créatif : parle du climat, des paysages, de l’histoire de la ville, de la richesse de la faune et de la flore, des activités sportives, … Je te laisse commencer pendant 5 minutes, le temps de passer un coup de fil et je reviens.

[5 minutes plus tard…]

C’est bon j’ai fini ! J’avais raison c’est facile le référencement !

Mais… tu n’as écrit que 53 mots !

Tiens, le nombre de mots est écris en bas à gauche. C’est pratique ce truc.

Oui, très pratique. Et ça montre clairement que tu n’as pas rédigé suffisamment de texte…

Comment ça pas assez ? Mais j’ai déjà mal aux doigts… Il faudrait combien de mots pour être bien ?

Disons que 300 mots, c’est un bon début.

300 mots ! Mais c’est beaucoup ! Je n’y arriverais jamais.

Non, c’est à peu près l’équivalent d’une demi-feuille A4, avec un peu d’habitude et de méthode, on y arrive. Hum… Par contre, il faudra faire attention à ne pas laisser de fautes d’orthographe, ça ne fait pas professionnel et Google n’aime pas ça.

C’est qu’il est sensible en plus cet animal !

Disons simplement que la présence de fautes d’orthographe est un bon indicateur pour savoir si un texte est de bonne qualité ou pas.

Pour rédiger rapidement un grand texte, je te conseille de commencer par faire un plan détaillé. Chaque ligne de ton plan servira de titre de paragraphe  et tu n’auras plus qu’à ajouter des lignes entre les titres.

C’est très efficace et ça permet de bien structurer tes textes, qui seront alors beaucoup plus faciles à lire pour les internautes et par Google. Voici un exemple :

Hum… C’est vrai que ça être plus simple de rédiger du texte dans ce plan.

Oui, tu vas voir, avec un peu de méthode, il est facile de passer la barre des 300 mots et d’arriver à 800, voire 1000 mots 😉

Le rôle de la mise en forme

[30 minutes plus tard…]

Ouf ! J’ai rédigé 451 mots ! C’est vrai qu’avec ton plan détaillé c’était plus facile d’avoir des idées.

Oui, c’est juste une méthode à appliquer, après ça va vite :-) Voyons voir ce texte. Hum… ce n’est pas très lisible, les phrases sont toutes collées les unes aux autres. Il va falloir améliorer la mise en forme.

Décidément…

Pour commencer il faut bien mettre en évidence les titres de paragraphes. Sélectionne les titres de ton texte et mets-les en gros en utilisant « Titre 2 » dans la liste déroulante :

Utilisez "Titre 2"

Utilisez « Titre 2 »

Je ne peux pas  simplement cliquer sur le bouton « B » pour le mettre en gras ?

Il vaut mieux utiliser le « Titre 2 » car cela indique à Google qu’il s’agit d’un titre de paragraphe. Cela implique beaucoup de choses pour lui : ton texte est basé sur un plan, ce n’est pas qu’une suite de phrases placées les unes derrière les autres. C’est un signe de qualité.

Aussi, cette division par paragraphe va l’aider à comprendre le sens de ton texte. Plus Google comprendra ton texte, plus il aura tendance à le présenter à ses utilisateurs.

Donc pour les titres utilise le « Titre 2 » et pour les sous-titres utilise le « Titre 3 ».

« Donc je n’utilise pas le bouton B pour mettre en gras ? »

Si tu peux mettre en texte en gras si tu veux indiquer qu’une partie de ton paragraphe contient une information importante, tout simplement.

Ah ! Je vois que tu as listé toutes les activités de ton camping en utilisant les tirets. Il vaut mieux utiliser le bouton « Liste à puce »

Bouton liste à puces

Bouton liste à puces

« Hum… C’est pareil, non ? »

Pour un humain ça ne change pas grand chose, mais pour Google c’est beaucoup plus simple à lire. Il comprend qu’il s’agit d’une liste d’éléments, ce qui est très différent d’une série de phrases.

Globalement, essaie de respecter ces trois règles de mise en forme :

  • Pour les titres et les sous-titres, utilise « Titre 2 » et « Titre 3 ».
  • Pour les passages importants d’un paragraphe, utilise le bouton « B »
  • Pour les listes d’éléments, utilise les listes à puce.

Avec çà tu facilites beaucoup le travail de lecture pour Google.

L’utilisation des synonymes et des cooccurrences

Bien. Nous avons maintenant un texte dédié à un mot-clé et il est présenté de façon lisible pour Google. On peut continuer.

« On passe au mot-clé suivant ? »

Non, nous n’avons pas tout à fait fini avec ce texte. Il faut aider Google à bien comprendre le contenu de ce texte car une machine ne comprend pas les choses comme un humain.

Par exemple si j’écris la phrase « J’ai pris ma souris et j’ai continué à surfer », un humain va comprendre instantanément qu’il s’agit d’une souris d’ordinateur et que je suis en train de surfer sur internet. Google ne peut pas faire cette analyse, il ne sait pas s’il s’agit de la souris « animal » ou « matériel informatique ». Bref,  il ne va pas savoir de quoi je parle.

Il n’a pas l’air très malin…

Disons qu’il a sa propre forme d’intelligence, parfois il est bluffant :-)

On dirait que tu parles de quelqu’un, tu commences à me faire peur là.

Bon, revenons à nos moutons… Si j’écris « J’ai attrapé ma souris d’ordinateur et j’ai continué à visiter le site internet ». Dans ce cas, pas de problème, Google va comprendre immédiatement le sens de ma phrase car il n’y a qu’une seule interprétation possible.

C’est donc à nous d’essayer de bien nous faire comprendre. Pour cela, il existe un moyen simple : l’utilisation des synonymes et des cooccurrences.

« Les synonymes je connais, c’est quand deux mots différents veulent dire la même chose, comme « génial » et « super ». Par contre les coo-machins je n’ai jamais entendu parler de ça. »

Le plus simple c’est de donner un exemple. Si je te dis « véhicule », « quatre roues »,  « volant », « cinq portes »,  tu penses à quoi ?

Une voiture ?

Exactement. Pourtant, je ne t’ai pas dis le mot. Tu l’as trouvé par association d’idées. Les cooccurrences, ce sont tous les mots qui gravitent autour d’un mot. Par exemple les cooccurrences de « camping » sont « tente », « mobil-home », « vacances », « dormir », « nuit », …

Donc il va falloir ajouter des synonymes et tes coo-trucs pour que Google comprenne bien mon texte ?

C’est exactement ça !

« Mais combien précisément ? »

Ce n’est pas une science exacte, saupoudre gentiment le texte avec des synonymes et des cooccurrences pour qu’il soit plus facile à interpréter par Google. Tant que ça reste normalement lisible par les humains, c’est bon.

« C’est parti ! Hop, un synonyme ! Hop, une coo-truc ! Hop ! Hop ! Hop ! Voilà, c’est bon ! Mon texte est compréhensible par une machine. »

Ok, ça a l’air pas mal. On a une bonne base pour travailler le mot-clé.

« Super, on le publie alors ? »

Oui, cette fois-ci on a fini :-)

Après on va voir comment y ajouter des images à ce texte. Car là aussi, il va falloir donner un coup de main à Google. Mais ça se sera pour le prochain chapitre !

Chapitre 4 : Votre camping sur Google Images

Pour résumer:

Pour que ton camping soit visible sur Google sur un mot-clé, il va falloir créer une page dédiée à ce mot-clé. Pour cela, tu dois :

  1. Ajouter un article à ton site.
  2. Placer le mot-clé dans le titre de l’article.
  3. Rédiger un texte contenant au minimum 300 mots. Il est beaucoup plus facile de rédiger ce type de texte en se basant sur un plan.
  4. Mettre en forme ton texte en utilisant les titres, la mise en gras et les listes à puce.
  5. Ajouter des synonymes et des cooccurrences pour que Google comprenne bien de quoi tu parles.

Un peu d’auto-promotion

N’hésitez pas à contacter notre agence « Camping-complet » si vous souhaitez bénéficier de conseils personnalisés pour améliorer le référencement de votre camping.

Vous pouvez également nous laisser gérer ce travail à votre place, en contactant l’agence « Camping-complet », vous aurez alors plus de temps pour vous et pour vos clients :-)

Contactez-nous par mail : contact@camping-complet.fr

ou par téléphone : 03.44.14.46.53

A bientôt :-)